FRAC Grand Large

Hauts-de-France

RÉSIDENCES ARCHIPEL

La résidence Archipel pilotée par le Frac Grand Large — Hauts-de-France prend place dans un écosystème méconnu, celui des écoles d’art de pratique amateur et de préparation aux formations artistiques. Les rencontres entre de jeunes artistes et les publics de ces écoles favorisent l’émergence de communautés temporaires et marquent durablement de leurs empreintes la création en région.

Pendant trois mois, des équipes professionnelles accompagnent les artistes qui reçoivent une bourse de résidence ainsi qu’une bourse de production, un texte sur leur travail est commandé à un.e critique d’art et des expositions sont organisées dans la région. À travers cette résidence, le Frac aide à tisser des liens entre différents partenaires (musées, écoles, fablabs…) pour aller à la rencontre des habitant.e.s, regarder ensemble des oeuvres et partager des interprétations.

Initié par la Drac des Hauts-de-France avec le Frac Grand Large, Archipel reçoit notamment le soutien du département du Pas-de-Calais à travers l’aide apportée au PÔLE LITTORAL : l’école Municipale d’Arts de Boulogne-sur-Mer et l’École d’Art du Calaisis Le Concept. Les écoles partenaires du PÔLE INTÉRIEUR sont : l’école d’arts plastiques espace Villar(t)s de Denain et le Centre des arts plastiques et visuels de la Ville de Lille.


LA RÉSIDENCE

SOUTENIR LA CRÉATION
Destinée à accompagner le travail d’artistes en début de carrière, cette résidence met à disposition les ateliers des écoles tournées vers les pratiques diverses, de la sculpture, à la gravure en passant par la photographie. Accueillis sur un pôle territorial constitué de deux écoles d’arts et d’un réseau d’acteurs culturels, les artistes bénéficient d’un ensemble de ressources favorables, à même de faire fructifier les démarches de recherche. La résidence permet ainsi les rencontres, le partage des savoir-faire, la découverte d’une région et offre l’opportunité de temps d’expositions et d’échanges avec un(e) critique d’art.

FAVORISER LA RENCONTRE AVEC LES PUBLICS
Installés au sein des écoles d’arts plastiques, la présence quotidienne des artistes est l’occasion de tisser des liens avec le public des écoles, engagé dans une démarche de découverte et de pratique amateur des arts plastiques. La création contemporaine dans sa diversité, le travail de recherche, d’expérimentation et de production sont appréhendés de manière concrète dans un rapport de proximité et de partage.

UNE DYNAMIQUE À L’ÉCHELLE DES HAUTS-DE-FRANCE
Conçu à l’échelle de la région Hauts-de-France, ce programme de résidences de recherche et création bénéficie de la mise en réseau d’un ensemble de structures et de territoires singuliers. Tel un archipel, ces structures disséminées sur un espace géographique discontinu se caractérisent par la cohésion et les liens qu’elles entretiennent et cette ambition commune de soutien à la création et de partage d’expérience.

La résidence se déroule de septembre à janvier et est suivie de temps d’expositions entre février et juin.

RÉSIDENCE ARCHIPEL 2021 :
Marina Vandra et Guilhem Roubichou

MARINA VANDRA
Estampes, peintures et installations immersives composent pratique de Marina Vandra et présentent des espaces mentaux, comme des surfaces de projection des intentions du regardant. Les projets tendent à questionner la perception des environnements, leur multiplicité d’interprétation et l’idéalisation de la réalité par la composition d’illusions. Un langage du potentiel est ainsi proposé, un langage qui prend différemment sens en fonction de celui qui le regarde. Diplômée de l’EnsAD de Paris en 2017 et du Royal College of Art de Londres en 2017, Marina Vandra vit et travaille à Paris. Son travail a été exposé à en France, en Belgique, au Royaume-Uni et aux États-Unis. En 2018, il est récompensé par le Prix de Gravure Lacourière.

GUILHEM ROUBICHOU
Guilhem Roubichou est né 1991 à Toulouse en France. Il vit et travaille entre l’Ariège d’où il est originaire et Bidart au Pays Basque. En 2018, il cofonde le collectif d’expositions Grande Surface à Bruxelles, motivé par la volonté de montrer et promouvoir la création contemporaine. Depuis son retour en France il travaille essentiellement en région où il souhaite développer sa pratique. Il participe en 2020 à la 69ième édition de Jeune Création à la Fondation Fiminco, à After Party à la Fondation du Doute Blois et plus récemment à l’Atelier chiffonnier de Dijon pour l’exposition Le réveil des mouches.

RÉSIDENCE ARCHIPEL 2020 :
Adrien Degioanni et Marc-Antoine Garnier

ADRIEN DEGIOANNI / PÔLE INTÉRIEUR
C’est en travaillant avec le naturel fragile des bruits que l’on nomme « silences » et des sons de synthèses qui n’ont pas d’équivalent dans la nature qu’Adrien Degioanni élabore des systèmes de diffusion desquels émergent des environnements et sculptures sonores. Le son – élément physique et invisible – façonne consciemment et inconsciemment notre perception du monde. Ses recherches et corrélations matérielles entre le son, les lieux [d’expositions] et nos corps déambulateurs, interrogent des états transitoires et audibles qui se tendent entre présence et absence, concret et abstrait. Adrien Degioanni, originaire de Toulouse, est diplômé de l’ESAPB (Biarritz, 2014) et de l’ISDAT (Toulouse, 2016). Il cofonde en 2018 le collectif d’expositions Grande Surface à Bruxelles. Il vit et travaille entre la France et la Belgique.

MARC-ANTOINE GARNIER / PÔLE LITTORAL
Diplômé de l’École Supérieure d’Art et Design Le Havre-Rouen, Marc-Antoine Garnier tente depuis de nombreuses années de questionner la photographie à travers sa spatialisation, sa relation au support ainsi que son pouvoir sculptural. Cette volonté de s’émanciper de l’usage classique du médium photographique induit de nouvelles relations entre l’image et le spectateur et se retrouve aujourd’hui intimement lié à la nature. Au-delà de l’image, c’est sa matérialité qui nous amène à nous questionner sur notre rapport au temps, à notre propre existence et nous engage à alimenter notre réflexion sur la nature et la condition humaine.

RÉSIDENCE ARCHIPEL 2019 :
Nefeli Papadimouli et Maxime Testu

NEFELI PAPADIMOULI / PÔLE LITTORAL
Née en 1988, vit et travaille entre Athènes et Paris.
Diplômée de l’École d’Architecture de l’Université Nationale Polytechnique d’Athènes et de l’ENSBA Paris, ses installations soulignent l’importance du corps humain – “le premier lieu dans lequel nous existons” – en appelant souvent à une implication directe du spectateur avec l’objet d’art (l’état de l’oeuvre comme une manière d’agir). Elle expérimente et met en confrontation des concepts qui habitent la société – tels que la différence et la ressemblance, l’union et l’opposition -, comme autant d’exercices poétiques permettant de redéfinir la construction culturelle qui bâtit nos perceptions et nos valeurs.

Téléchargez l’édition de Nefeli Papadimouli

MAXIME TESTU / PÔLE INTÉRIEUR
Né en 1990, vit et travaille à Paris.
Formé à l’ENSBA de Lyon et à la HEAD à Genève, Maxime Testu travaille par paratexte. Il s’affirme comme le collecteur, le collectionneur et en un sens le curateur d’un matériel iconographique dont l’organisation vient se substituer au discours argumenté. Si l’on peut trouver dans son travail des références à l’artiste américain Paul Thek (États-Unis, 1933-1988), c’est notamment dans la rencontre de formes artistiques et machiniques ainsi que dans la perspective biomorphique de l’outil, envisagée comme une expérience sensible, cognitive et esthétique.

Téléchargez l’édition de Maxime Testu

RÉSIDENCE ARCHIPEL 2018 :
Jean-Julien Ney et Emmanuel Simon

JEAN-JULIEN NEY / PÔLE LITTORAL
Le travail de Jean-Julien Ney résulte d’une quête d’analogies entre volume et image. Prenant la forme d’installations mêlant sculpture et photographie, cette recherche produit des systèmes autonomes véhiculant leurs propres codes et logiques. Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, Jean-Julien Ney a exposé à la galerie Thaddeus Ropac (Pantin) dans le cadre de Jeune Création 67e, au Frac-Artothèque Limousin (Limoges), à la ZOO Galerie (Nantes) ainsi qu’à la galerie Hors Les Murs (Marseille).

Téléchargez l’édition de Jean-Julien Ney

EMMANUEL SIMON / PÔLE INTÉRIEUR
Lors de ses résidences ou de ses expositions, Emmanuel Simon sollicite des artistes afin de travailler de manière collégiale, de la carte blanche pour intervenir sur une de ses toiles à la création d’un collectif, éphémère ou non. Lors de ces moments de réflexion à plusieurs s’inventent les règles et protocoles de travail, nom de l’œuvre, conditions de monstration et les participants deviennent co-auteurs. Emmanuel Simon aime à se diluer dans ces collectifs. Diplômé de l’institut supérieur des arts de Toulouse, Emmanuel Simon a notamment exposé à la Friche Belle de Mai (Marseille), à la Galerie Jeune Création (Paris) et au Frac Occitanie Montpellier.

Téléchargez l’édition d’Emmanuel Simon

RÉSIDENCE ARCHIPEL 2017 :
Sacha Golemanas et Ève Chabanon

SACHA GOLEMANAS / PÔLE LITTORAL
Les sculptures et installations de Sacha Golemanas sont le fruit d’analogies visuelles et conceptuelles à la croisée de mondes poétiques divers. La nature et l’histoire de son observation et appropriation sont au cœur de ses réflexions. Elle s’interroge sur notre rapport à l’animal, comment existe-il à travers nous, nos cultures et nos iconographies. Dans ses recherches actuelles prédominent l’élément aquatique et ses potentiels plastiques.

Téléchargez l’édition de Sacha Golemanas et Ève Chabanon

© Sacha Golemanas

ÈVE CHABANON / PÔLE INTERIEUR
Ève Chabanon est une artiste française, installée à Londres. À travers la performance, l’écriture ou la conception d’objets prétextes, elle bâtit des espaces physiques et conceptuels provocant l’implication de groupes ou d’individus marginalisés. Elle puise ainsi dans les mythologies de l’intime et emprunte à l’activisme et à différents systèmes éducatifs alternatifs ses outils afin d’établir des détournements du quotidien.

Téléchargez l’édition de Sacha Golemanas et Ève Chabanon

Documents à télécharger

Téléchargez la brochure de présentation de la résidence Téléchargez l'édition de Nefeli Papadimouli Téléchargez l'édition de Maxime Testu Téléchargez l'édition de Jean-Julien Ney Téléchargez l'édition d'Emmanuel Simon Téléchargez l'édition de Sacha Golemanas et Ève Chabanon