FRAC Grand Large

Hauts-de-France

YONA FRIEDMAN — L’EXPOSITION MOBILE

10.04.2021 — 31.12.2021

Frac Grand Large — Hauts-de-France

© Yona Friedman

DUNKERQUE / MAUBEUGE / BEAUVAIS ET AMIENS

Collection CNEAI = en dépôt au Frac Grand Large — Hauts-de-France
Sur une idée de : Sylvie Boulanger, Keren Detton, Lucy Hofbauer
Avec la participation de : Sandrine Joly, Sébastien Krajco, Sandrine Labar, Nathalie Lacroix, Christophe Le Guennec, Léonie Macquet, Pascal Neveux, Nicolas Nief, etc.
Remerciements à Marianne Friedman-Polonsky.

« Aujourd’hui nous construisons trop. La Terre est sur-construite, la Terre est sur-planifiée, la Terre est sur-cultivée. Cela ne veut pas dire que nous n’avons pas besoin d’architectes, d’urbanistes ou d’agriculteurs, mais nous devons changer les règles. » Yona Friedman

UN PROJET COLLECTIF

Consacrée à l’artiste, architecte et urbaniste Yona Friedman (1923-2020), un an après sa disparition, cette exposition s’appuie sur un fonds exceptionnel d’œuvres conservées par le CNEAI = au Frac Grand Large — Hauts-de-France à Dunkerque. Ce fonds – constitué de maquettes, dessins, films et éditions – sera déployé, reconfiguré, augmenté et approprié par différents lieux singuliers de la région des Hauts-de-France sur plus de 5 000 m2. L’exposition s’étendra à leurs voisinages, en infiltrant notamment l’espace public et en associant des acteurs du monde associatif, culturel, éducatif et social. Ces actualisations feront de « L’Exposition Mobile » un creuset d’histoires vivantes où se joueront différentes formes d’apprentissage, d’essais et d’improvisations sur le vivre-ensemble. Ainsi, il s’agira autant de cerner le penseur qu’était Yona Friedman que de créer une proximité avec les habitants et leur offrir la possibilité de jouer avec ses idées en trouvant leurs propres moyens de compréhension et d’action, ainsi qu’une nouvelle forme d’échange ; tout ceci dans le but de parvenir au droit fondamental qu’il souhaitait voir ajouter à la liste des droits de l’homme : le droit de comprendre.


L’EXPOSITION

Une vie et une œuvre en mouvement
L’architecture de survie donne à Yona Friedman matière à réflexion sur nos besoins fondamentaux dans un écosystème soumis à la raréfaction des ressources. Né en 1923 en Hongrie, il commence des études d’architecture à Budapest, interrompues par la Seconde Guerre mondiale. Réfugié en Roumanie, il fait l’expérience des camps avant de s’installer dans un kibboutz en Israël et retourner à l’architecture. C’est là qu’il développe une approche originale de l’habitat qui se fonde sur l’expérience de l’usager. En 1957, il réunit le Groupe d’Étude d’Architecture Mobile (GEAM) et promeut l’utilisation de structures flexibles constituées d’éléments préfabriqués. Ses idées retiennent l’attention de personnalités telles que Le Corbusier ou encore Jean Prouvé, qui l’invitent à s’installer en France. Il ne cessera ensuite de transmettre ses idées dans les plus prestigieuses universités américaines et européennes et à travers plus de 500 articles et publications. 

« L’Exposition Mobile », l’architecture et la vie en commun
Le titre de cette exposition rend hommage à son ouvrage majeur L’Architecture mobile (1958), où Yona Friedman développe ses idées de Ville-Spatiale. Il imagine des habitats modulaires, évolutifs en fonction des besoins qui changent avec le temps. Parce que « la société humaine est implanifiable », il convient selon lui de laisser aux habitants la liberté de modifier leur habitat. Ces constructions en hauteur favorisent l’agriculture urbaine, tiennent compte de l’évolution démographique et des ressources limitées. Des idées qui s’incarnent dans une multiplicité de maquettes et de dessins originaux, et qui révèlent un processus de création fondé sur l’économie, le recyclage et l’improvisation. 

La puissance des images et des symboles
Homme de la transmission et du dialogue, pragmatique plus qu’utopiste, Yona Friedman développa un langage à caractère universel fait de pictogrammes aisément reconnaissables. Ses bandes dessinées, ou « manuels », sur le logement, la santé, l’alimentation, l’environnement urbain et les structures sociales ont été largement diffusés, dans le cadre de ses missions pour l’Unesco dans les années 1970. Elles demeurent un véhicule puissant pour la transmission de ses idées humaniste et positives. 

La forme du Slide-Show (diaporama), à la fois ludique et dynamique, permet d’appréhender des systèmes complexes d’approvisionnement, de réseaux et de flux et de mettre en évidence les difficultés de communication entre les humains, par un trait simple et direct. Au sol, sont peints des pictogrammes extraits de son Dictionnaire (à compléter par le lecteur). Yona Friedman choisi des thèmes (« communiquer », « groupe », « improviser »…) auxquels il associe par affinité des mots-images. Mais à la question d’illustrer « la liberté », il répond : « Liberté tout court ne veut rien dire : on ne peut pas le dessiner. On peut être libre de… se déplacer… de parler… de manger ou de travailler, et ça je peux le dessiner. » 

« L’Exposition Mobile » invite ainsi chaque visiteur à redonner du sens aux mots, à les mettre en relation et en commun. Yona Friedman est également l’auteur d’un univers onirique et fantastique, dont est issu le dessin de La Licorne. Il puise ses sources dans les contes et symboles africains, indiens et amérindiens, et dans ses propres mythologies personnelles. Une manière poétique de partager aussi ses rêves. 


LES ŒUVRES

Au Frac Grand Large seront présentés des maquettes, des dessins-collages de la Ville-Spatiale, des manuels, le Slide-Show Architecture, deux dessins à l’échelle du bâtiment (Les Pictogrammes et La Licorne) et le documentaire « Yona Friedman : un habitant indiscipliné » (dvd, Paris : La Huit Production/CNEAI =, 2017).

L’Exposition Mobile sera également présentée à :

  • Idem + Arts à MAUBEUGE (24/09-28/11/2021)
  • au Quadrilatère à BEAUVAIS (février-avril puis mai-septembre 2022)
  • et au Frac Picardie à AMIENS (Chapitre 1 : 17/04 – 03/10/21 et Chapitre 2 : du 05/02 – 24/04/22)

Chaque lieu d’accueil déclinera à sa manière le noyau constitué par les œuvres du CNEAI = qu’il associera à des programmations de films, des œuvres in situ et des invitations à des artistes contemporains.

Tous les lieux partenaires sont engagés dans une démarche de transmission : visites, conférences, ateliers et projets participatifs. Des liens particuliers seront noués avec les écoles et les écoles d’art et d’architecture de la région.

« L’Exposition Mobile » se déploiera également dans l’espace public avec la présentation du Musée Sans Bâtiment à Maubeuge et à Beauvais. Le Musée Sans Bâtiment est un musée sans porte, sans mur, sans toit, ouvert aux expositions de toutes et tous, aux habitant.e.s, aux débats publics, aux coutumes sociales, aux économies, aux écologies. Cette structure imaginée par Yona Friedman dans les années 1960 annule la distinction entre contenant et contenu, entre œuvres et architecture. Son but est de stimuler et de provoquer des idées et des initiatives. C’est un appel à faire soi-même des projets qui ne nécessitent pas de compétences extérieures à soi.

Nouvelles productions

Dans le cadre du projet, les lieux partenaires contribueront à de nouvelles productions :

  • Une publication autour du « Musée sans bâtiment » et son itinérance dans les Hauts-de-France
  • L’édition d’un nouveau Slide Show de Yona Friedman avec une création musicale inédite commandée à des artistes
  • Et un séminaire sur « Le jeu et l’architecture en jeu » dans l’œuvre de Yona Friedman (date en cours de programmation)

Pictogrammes

« Quand je dis un mot je ne sais pas ce que l’autre comprend. Quand je montre une image on comprend la même chose. »

Ces paroles prononcées par Yona Friedman résument à la perfection une de ses productions majeures, l’invention d’une nouvelle forme de langage. En 1974, Yona Friedman commence ainsi le projet d’une vie, qui est la création et la publication d’un nouveau type d’écriture, en pictogrammes, avec pour objectif de constituer à terme un système de communication universel.

Ce nouveau vocabulaire, enrichi de manière continu, sera l’objet de Manuels, véritables dictionnaires diffusés à partir des années 1970 par l’UNESCO où Yona Friedman est alors chargé de l’information. Rappelant dans sa forme les hiéroglyphes qui viennent des civilisations égyptiennes ou précolombiennes, le corpus que crée Yona Friedman est basé sur le dessin et la représentation d’actions concrètes.

Chaque concept prend ainsi immédiatement une forme reconnaissable par tout le monde, loin de l’abstraction des différents langages actuels dont l’artiste se méfie particulièrement. Les pictogrammes de Yona Friedman constituent en définitive un creuset où se mêlent étroitement l’art et la communication. Chaque idée devient une expression artistique à part entière, dont la géniale simplicité peut permettre à tout un chacun de se l’approprier.

Par cette utopie de langage, Yona Friedman cherche avant tout à recréer du lien ainsi qu’une nouvelle forme d’échange, tout ceci dans le but de parvenir au droit fondamental qu’il souhaitait voir ajouter à la liste des droits de l’homme : le droit de comprendre.


LA LICORNE 

La Licorne est une œuvre monumentale conçue par l’urbaniste, architecte et artiste Yona Friedman.

À côté des nombreux travaux dessinés initiés dans les années 1960 qui touchent aussi bien à l’urbanisme qu’à l’invention d’un nouveau langage, Yona Friedman se met également à construire de nouveaux mythes fait de papiers colorés découpés et assemblés. Conçu dans un premier temps dans le but de décorer le bureau de son appartement parisien, ce monde de papier va s’imposer dans les habitats successifs de l’artiste pour y prendre au final une place de premier plan et devenir une grand œuvre.

Le mythe produit par Yona Friedman (inspiré par Les contes des Mille et Une Nuits et les fables traditionnelles africaines mais également par la peinture indienne) propose une vision paradisiaque du monde, nourrie par ses théories quant à la manière de mieux habiter notre planète.

La licorne est alors une figure récurrente de cet univers. Cet animal légendaire, présent dans nombre de mythes européens, orientaux ou asiatiques, incarne deux des valeurs les plus importantes aux yeux de Friedman, la liberté et le bonheur.

Les licornes deviennent de véritables alter-ego de l’artiste à partir des années 1990 et se multiplient alors pour finalement se monumentaliser, avec l’exemple de la Licorne Eiffel, réalisée en 2009 sur l’île de Vassivière, et de mêmes dimensions que la tour Eiffel. La version de La Licorne présentée aujourd’hui dans la Halle AP2 est adaptée aux dimensions gigantesques de ce symbole du patrimoine dunkerquois. Réalisé avec des bombes de peinture, ce dessin invite par ses proportions à prendre de la hauteur pour le voir dans son intégralité.


L’EXPOSITION EN TOURNÉE

LES DATES

  • 10/04 – 31/12/2021 DUNKERQUE  Frac Grand Large 
  • 24/09 – 28/11/2021 MAUBEUGE Idem + Arts
  • 17/04- 03/10/2021 AMIENS Frac Picardie (Chaptire 1)
  • 05/02 – 24/04/2022 BEAUVAIS Le Quadrilatère
  • 05/02-24/04/2022 AMIENS Frac Picardie (Chapitre 2)

La suite de la tournée est en cours…


LES PARTENAIRES

Le CNEAI = (Centre National Édition Art Image) est un centre d’art contemporain, lieu de recherche, de production, de résidence et de diffusion de l’art basé en Île-de-France. Il a mené durant plus de dix ans un travail de production et d’archivage exceptionnel en collaboration avec Yona Friedman. Ce dernier a fait don au CNEAI = d’un ensemble important de maquettes, dessins, films et documents.
www.cneai.com

Le Fonds de dotation Denise et Yona Friedman
Le Fonds de Dotation Denise et Yona Friedman est le représentant exclusif de Yona Friedman et de son œuvre. Il a pour objet d’assurer la conservation des œuvres de Yona Friedman tout en assurant l’accès du matériel aux chercheur(euse)s. Il a aussi pour objet de permettre le prêt d’œuvres à des expositions publiques tout en permettant leur diffusion et leur publication.
www.yonafriedman.org

Les Fonds régionaux d’art contemporain (Frac) créés en 1982 sont des institutions qui ont pour mission de constituer des collections publiques d’art contemporain, de les diffuser auprès des publics et d’inventer des formes de sensibilisation à la création actuelle. Dans les Hauts-de-France, le Frac Grand Large et le Frac Picardie déploient leurs actions de diffusion en complémentarité.

Le Frac Picardie (Amiens), dont la collection d’art contemporain est centrée sur le dessin sous toutes ses formes, est constitué d’un centre de documentation qui propose à la consultation un catalogue de références riche de plus de 15 000 ouvrages et de nombreuses revues de références dans le domaine des arts plastiques et visuels. En deux chapitres, d’abord en écho à l’exposition du Frac Grand Large à Dunkerque, puis en résonnance avec l’exposition du Quadrilatère à Beauvais, le Frac Picardie mettra en lumière, au sein d’un nouvel espace de présentation, « Le cloître », les publications et les éditions de Yona Friedman et sur son travail, en donnant à voir des documents rares, des croquis, des multiples, des ouvrages sur l’artiste, etc.
www.frac-picardie.org

Idem + Arts est une association, fondée en 1991 à Maubeuge, qui développe un programme d’expositions, de résidences d’artistes, de production ainsi que des partenariats avec des établissements scolaires, des structures du secteur éducatif, social et de la santé. Idem + Arts développe des ateliers d’arts plastiques, accompagne le travail d’artistes émergents et participe au développement du territoire du Val-De-Sambre. « L’Exposition Mobile » sera l’occasion d’un partenariat pédagogique avec son voisin la Cité des Géométries dont la vocation est la médiation scientifique basée sur l’expérimentation et de la Salle Sthrau – lieu emblématique de l’art déco  de la ville.  Une occasion de croiser les perspectives sur la pensée et les langages formels de Yona Friedman.Financée par l ’agglomération Maubeuge Val-de Sambre, la ville de Maubeuge, le département du Nord, la région Hauts-de-France et la Drac Hauts-de-France. 
www.idem-arts.com
https://www.citedesgeometries.org/new cdg/

Le Quadrilatère – Centre d’art de Beauvais est installé dans l’ancienne Galerie nationale de la tapisserie et développe un projet artistique et culturel entre art et architecture en traversant l’histoire et le patrimoine jusqu’aux expérimentations contemporaines. De février à avril 2022, « L’Exposition Mobile » investira les 2000 m2 de ce bâtiment, icône du modernisme, construit par André Hermant en 1976, où elle dialoguera avec des productions d’artistes contemporains. De mai à septembre 2022, « L’Exposition Mobile » se poursuivra hors les murs, en lien avec des écoles et associations de quartier.
www.culture.beauvais.fr


[1] Yona Friedman dans Blv. Garibaldi, après éditions/CNAP, 2014


Une exposition produite par le CNEAI =, le Frac Grand Large — Hauts-de-France, Idem + Arts, Le Quadrilatère et le Frac Picardie.
Avec le soutien du Fonds de dotation Denise et Yona Friedman et du mécénat RAJA

Date()s

10.04.2021 — 31.12.2021

Documents à télécharger

Téléchargez le dossier de presse de l'exposition

Événement(s) en lien

ÉVÉNEMENTS Au FRAC