FRAC Grand Large

Hauts-de-France

CHRONIQUE D’UNE COLLECTION #2 : APPARATUS

19.09.2020 — 14.03.2021

Frac Grand Large — Hauts-de-France

Vue de l'exposition « Chronique d'une collection #2 : APPARATUS », 2020, Frac Grand Large — Hauts-de-France, Dunkerque © Photo : Aurélien Mole. Collection Frac Grand Large — Hauts-de-France

Vue de l'exposition « Chronique d'une collection #2 : APPARATUS », 2020, Frac Grand Large — Hauts-de-France, Dunkerque © Photo : Aurélien Mole. Collection Frac Grand Large — Hauts-de-France

Vue de l'exposition « Chronique d'une collection #2 : APPARATUS », 2020, Frac Grand Large — Hauts-de-France, Dunkerque © Photo : Aurélien Mole. Collection Frac Grand Large — Hauts-de-France

Avec les œuvres de : Lawrence Abu Hamdan, Robert Barry, Dominique Blais/Kerwin Rolland, Dirk Braeckman, Dan Graham, Scott King, Isabelle Le Minh, Cheikh Ndiaye, Evariste Richer, Hiroshi Sugimoto

L’exposition « APPARATUS » réunit des œuvres de la collection du Frac Grand Large qui mettent en jeu différents procédés et contextes de création. Écritures, traces et photographies sont des captations d’instants qui aiguisent notre perception. Les œuvres invitent à nous positionner avec notre corps, notre regard et nos pensées vis-à-vis de dispositifs qui font œuvre. Ainsi, « APPARATUS » questionne le recours à l’appareil photographique ou reprographique, son usage, et son rôle actif dans la production d’une image. Mais plus encore, l’exposition propose de considérer l’oeuvre comme un véritable appareil de vision.

En représentant le premier appareil photographique numérique dans les mains de son inventeur (Placard, 2015), Isabelle Le Minh dévoile un pan de l’histoire du numérique et amorce cette sélection d’œuvres aux enjeux plastiques tout autant que politiques. Ainsi, l’installation Saydnaya (Ray Traces), de Lawrence Abu Hamdan, ouvre un espace de projection dédié au tracé à partir d’une sélection de dessins réalisés d’après la mémoire de survivants d’une prison syrienne (2017). Des conceptions antagonistes de l’univers sont convoquées par Evariste Richer au travers des marques trouvées sur un photocopieur de l’Observatoire de Meudon. Tandis qu’au centre de l’espace, la sculpture de Dan Graham apparaît comme le pivot et le symbole d’une relation à l’oeuvre où se réfléchit le mouvement des autres corps et notre propre perception.

Les œuvres de l’exposition apparaissent comme des indices et des fragments d’une histoire qui nous implique. Souvenirs terribles ou impressions ineffables s’incarnent dans des écritures visuelles et poétiques qui renouvellent les sujets dans leur matérialité même : la photographie pour Dirk Braeckman et Hiroshi Sugimoto, la peinture pour Cheick Ndiaye, le graphisme pour Scott King, le texte pour Robert Barry ou les enregistrements sonores pour Dominique Blais et Kerwin Rolland. En modulant l’intensité des images, ces œuvres nous invitent à expérimenter différentes manières de voir. Les recherches formelles des artistes accompagnent une réflexion sur le temps présent et son épaisseur historique.

Cette exposition est réalisée en complicité avec l’artiste Laetitia Legros et en partenariat avec le Château Coquelle (Dunkerque) et le musée du Dessin et de l’Estampe Originale (Gravelines) où sont présentés deux autres volets du projet « APPARATUS ».

Dates

19.09.2020 — 14.03.2021

Documents à télécharger

Télécharger le livret de l'exposition Nederlands bezoekersboekje Apparatus